Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

En quelques mots

Une commune au cœur de la région

Quatre stations de métro, cinq cliniques, près d'une trentaine d'établissements scolaires tous réseaux confondus, un Centre sportif, une piscine, un stade de football, neuf quartiers commerçants, des entreprises, un Centre culturel, des salles de théâtre, un marché médiéval connu de tous, un calendrier de braderies, de brocantes et d'autres festivités particulièrement fourni,… Voilà, très brièvement, tout ce que l'on peut trouver à Etterbeek et tout ce qui contribue à faire de notre commune un bon résumé des multiples fonctions implantées en région bruxelloise.


La mobilité

Commune à forte densité et voisine directe des grandes institutions européennes, Etterbeek est également traversée par plusieurs axes de pénétration empruntés chaque jour par des milliers de navetteurs. Une situation qui confronta autrefois la commune à de réels problèmes de mobilité et de stationnement. Etterbeek fut dès lors, il y a déjà plus de 15 ans, la première commune bruxelloise à adopter un Plan de Circulation.

En 2000, celui-ci s’est transformé en Plan de Stationnement essentiellement fondé sur la distinction entre zones rouges et vertes. Dans les premières (les quartiers commerçants), tous les automobilistes payent leur parking. Dans les secondes (les zones résidentielles les plus exposées au parking-ventouse), seuls les non-Etterbeekois paient. Quant au contrôle du stationnement payant, il est effectué par des stewards spécialement affectés à cette tâche. Un Plan de Stationnement qui a réellement fait ses preuves au point d’avoir inspiré d’autres communes, à Bruxelles et ailleurs…


Le logement

Dans le domaine de l'urbanisme, Etterbeek n'est pas non plus demeurée inactive. La commune a ainsi mené une lutte sans merci contre les chancres urbains.

Le résultat est clairement visible sur le terrain et met en évidence la priorité absolue qui a été accordée au logement. Quelques exemples: la place des Acacias, les nouveaux quartiers Rolin et de l’Arsenal, le Cours-St-Michel ou encore les nouveaux immeubles de logements construits à front de la rue Belliard. Sans oublier, toutes les rénovations accomplies par la commune elle-même à travers sa Régie foncière, notamment dans tout le quartier de la place Jourdan.


Le social

On ne compte plus les initiatives prises par la commune dans le domaine social.

Objectif : améliorer le quotidien des personnes les plus fragilisées.

Ainsi, à Etterbeek, un enseignement spécial pour les enfants en difficulté d'apprentissage a été créé. La commune a en outre mis en place un service du Volontariat, ouvert une Maison des enfants regroupant un nombre important d’associations actives dans le domaine de l’enfance et construit, il y a quelques années, une nouvelle maison de repos et de soins (le Home Beauport, chaussée de Wavre). A cela, on peut encore ajouter la diversification des services proposés par le CPAS (vestiaire social, cellules logement et médiation de dettes, etc.), ainsi que l’aide apportée à de multiples associations à caractère social (Abbeyfield, Atoll, l’Arche, etc.).

Depuis quelques années, la commune a par ailleurs mené une politique particulièrement active en faveur des personnes handicapées. Elle a, par exemple, participé activement à l’ouverture du cyber-espace d’Handiplus aux Jardins de Fontenay, mis en place un service communal de transport pour les moins valides et organisé un colloque consacré à l’emploi des personnes handicapées dans les administrations communales. Mais surtout, elle a créé, en 2003, un Conseil consultatif pour les personnes handicapées. Il regroupe des élus, des fonctionnaires et de nombreux acteurs de terrain issus notamment  du milieu associatif. Ce conseil propose à la fois des initiatives destinées à améliorer le quotidien des personnes handicapées à Etterbeek mais est aussi consulté pour tout projet communal susceptible de concerner directement ou indirectement les personnes handicapées.


Le développement durable

En 2000, Etterbeek est la première commune bruxelloise (et l’une des premières dans le pays) à avoir élevé le Développement durable au rang de compétence exercée par l’un des membres du Collège des Bourgmestre et Echevins. Dans un premier temps, cette compétence fut d’ailleurs associée à celle de la Solidarité internationale et si des initiatives ont été prises sur le plan local, les principaux projets déclinés sur le thème du développement durable à Etterbeek le furent dans le cadre d’un lien entre villes établi avec Essaouira, au Maroc.

Aujourd’hui, le Développement durable et la Solidarité internationale sont deux compétences distinctes.  Le Développement durable - comme c’est également le cas dans la plupart des communes - est devenu un enjeu essentiel de la politique locale. Ses principes ont modifié, à de nombreux niveaux, les habitudes et le fonctionnement interne de notre administration communale. Mais le véritable défi que s’est lancée la commune d’Etterbeek est celui de parvenir à y associer concrètement et activement la population. Pour ce faire, des actions ponctuelles sont régulièrement mises sur pied. Et surtout, la commune s’est lancée dans l’élaboration de son Agenda 21 Local dont l’une des étapes essentielles fut l’organisation, entre mars et juin 2009, d’ateliers participatifs qui ont réuni de nombreux habitants.  


L’Europe et le monde

Même si les institutions européennes ne sont pas, à proprement parler, établies sur le territoire d’Etterbeek, la plupart d’entre elles sont toutefois situées à proximité immédiate de notre commune. Raison pour laquelle, de nombreux fonctionnaires européens, toutes origines confondues, ont élu domicile dans notre commune où se sont également établies plusieurs ambassades et représentations étrangères auprès des institutions européennes.
Rien d’étonnant dès lors à ce qu’au sein du Collège, un Echevin exerce la compétence des Affaires européennes. Sous son impulsion, une Commission consultative des Affaires européennes a été créée. Elle regroupe plusieurs dizaines de membres habitant la commune et tous issus des différentes nationalités représentées au sein de l’Union. Elle se réunit régulièrement et tous types de problèmes, de débats ou de propositions concernant la présence des Européens en Belgique ou à Bruxelles y sont abordés.

Pour être complet, signalons encore qu’Etterbeek n’est pas, loin s’en faut, une commune recroquevillée derrière ses frontières. Elle dispose par exemple, au sein de son administration, d’un service de la Solidarité internationale qui, au travers d’expositions, d’événement culturels ou d’opérations de solidarité invite les Etterbeekois à ouvrir les yeux sur le monde.

En outre, la commune a aussi tissé des liens avec d’autres villes dans le monde, notamment dans le cadre de jumelages. Dès 1972, Etterbeek officialise son jumelage avec la ville de Fontenay-sous-Bois, située dans le Val-de-Marne, non loin de Paris. Pour la petite histoire, ce premier rapprochement avec une ville étrangère trouve ses origines durant la Seconde Guerre mondiale. Dans les camps de prisonniers en Allemagne, des soldats français de Fontenay s’étaient en effet liés d’amitié avec des soldats etterbeekois.

Suivront, en 1977, un deuxième jumelage avec, cette fois, Forte-dei-Marmi, en Toscane (Italie) et un troisième en 1985, avec la Ville de Beauport, dans la province du Québec, au Canada. Trois « villes amies » donc, auxquelles on peut encore ajouter une quatrième, Essaouira (au Maroc), qui a noué des rapports privilégiés avec Etterbeek dès 2003 dans le cadre du développement durable.

Actions sur le document

Mois précédent Décembre 2017 Mois suivant

Décembre
LuMaMeJeVeSaDi
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Vie Etterbeekoise -2017